Projet de Carême - Conférence du Père Anatole jeudi 17 mars à 20h45

Publié le

Projet de Carême - Conférence du Père Anatole jeudi 17 mars à 20h45

PROJET D’ASSISTANCE AUX PERSONNES MALADES MENTALES DU DIOCESE DE KABGAYI - RWANDA

Parmi les catégories auxquelles la Caritas diocésaine de Kabgayi vient en aide, nous voulons présenter les personnes malades mentales. C’est une catégorie très rejetée, très méprisée et négligée. Il y a des enfants, des jeunes filles et jeunes garçons, hommes et femmes qui souffrent de cette maladie. Des recherches menées en 2014 ont permis d’établir que 2,65 millions de personnes au Rwanda (environ 29 % de la population) souffrent de maladie mentale.
Le problème de la santé mentale au Rwanda fait partie des inquiétudes les plus accentuées. Depuis des années, la culture rwandaise exclut les malades mentaux sous prétexte qu’ils ont une maladie non compréhensible, qu’ils sont agressifs,… De fait, la “folie” reste mal interprétée chez beaucoup de Rwandais. La maladie mentale reste souvent assimilée à des idées maléfiques, à la sorcellerie, à la possession par les diables et autres forces obscures…
LES CAUSES DE LA SANTE MENTALE AU RWANDA

Nous citons : le génocide, l’hérédité, les conflits familiaux, les problèmes psychologiques, le traumatisme compliqué, les violences répétées, les drogues, l’épilepsie, la pauvreté extrême, la malaria cérébrale, la méningite…

LES BESOINS A SOUTENIR
Face à ce problème, nous proposons les besoins à soutenir :
1. MUTUELLE DE SANTE POUR SE FAIRE SOIGNER Avec la politique rwandaise dans le domaine de la santé qui exige de prendre une assurance par famille, les malades mentaux de même que leurs familles ne peuvent pas s’acheter tout seul l’assurance. Ceci reste un grand handicap pour les familles pauvres des personnes mentales. Le montant à payer est 3000 francs rwandais (4 euros) par personne.
2. SUIVI DE REINTEGRATION SOCIALE DES MALADES Il est nécessaire de renforcer des visites à domicile pour se rendre compte de l’intégration sociale des malades mentaux, puisqu’ils sont rejetés, chassés dans les familles.
3. BESOIN DE NOURRITURE ET ACHAT DE MATERIEL DE CUISINE Ces gens ont besoin de nourriture pour renforcer leur corps surtout avec la prise des médicaments. S’ils ne mangent pas, leur corps devient fragile et ils peuvent attraper d’autres maladies. Les familles des malades mentaux n’ont pas de matériel de cuisine : casseroles, assiettes, cuillères, gobelets…
4. ACHAT DE COUVERTURES Les malades mentaux vivent dans des familles très pauvres et dans des conditions très douloureuses. Ils n’ont pas de lits ni de couvertures pour se couvrir, ni de vêtements.
5. REHABILITATION DE LEURS MAISONS Beaucoup de familles ont des maisons très vieilles, qui risquent de s’écrouler.

Certaines familles souhaitent que ces malades meurent de faim, enfermés dans leurs maisons. D’autres malades sont attachés aux arbres pour ne pas gêner la circulation. Nous avons besoin de secours pour les faire sortir et les faire soigner. Ce sont des personnes comme nous crées à l’image de Dieu. La Caritas est convaincue que si le malade mental est bien soigné, il peut faire des progrès.

Mes remerciements s’adressent à toute personne qui va participer à ce projet pour soutenir nos pauvres malades mentaux. Jésus a dit : « J’ai eu faim et vous m’avez donné à manger, nu et vous m’avez vêtu…. » (Mt 25,35).

Qui donne au pauvre, prête à Dieu. Que Dieu vous bénisse.

Père Anatole NIYITANGA

Publié dans Entraide

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article