Qui est le Père Marc Piallat, nouveau curé de Ville d'Avray ?

Publié le par la paroisse

Notre évêque, Mgr Matthieu, m’a nommé à votre service pour les six années à venir. Nous aurons du temps pour faire connaissance mais déjà je rends grâce pour l’accueil chaleureux qui m’est prodigué généreusement.

Je suis né en 1954 à Chamalières dans le Puy-de-Dôme. Issu d’une famille de commerçants, j’ai fait mes études scolaires et universitaires à Clermont-Ferrand. Après le service militaire à Mururoa, j’ai travaillé à la Poste puis à France Télécom dans une agence commerciale parisienne.
Je suis entré au séminaire d’Issy-les-Moulineaux en 1987 pour le diocèse de Nanterre. Ordonné prêtre six ans plus tard par Mgr Favreau, j’ai été envoyé à Antony à la paroisse Saint-Saturnin comme vicaire et aumônier du collège et lycée Descartes. En 1998, l’évêque m’a nommé curé de Saint-Martin de Meudon, puis doyen quelques années plus tard. En 2006, je suis nommé curé de Saint-Pierre et Saint-Paul de Fontenay-aux-Roses puis de nouveau doyen pour le secteur de la Pointe Sud. En 2012, Mgr Daucourt m’envoie à Asnières-Centre pour une durée de six ans. L’année 2018-2019 est une année de ressourcement en tant que vicaire à Clamart et participant à la formation Nicodème à l’Institut Catholique de Paris.

Je me présente souvent comme un prêtre « généraliste ». J’aime la paroisse qui célèbre la résurrection du Christ, qui annonce la Bonne Nouvelle, qui accueille et partage avec les plus fragiles. Je ne revendique aucune spécialité mais j’ai plusieurs centres d’intérêt. J’ai été formé pour être au service de l’Église en dialogue permanent avec le monde. Fidèle à ce qu’elle est dans sa fondation voulue par le Christ, elle se reçoit constamment de l’Esprit Saint qui l’envoie parmi les hommes pour être transformés de l’intérieur. Je vis mon ministère en étant au service du sacerdoce des baptisés qui œuvrent à l’avènement du Royaume dans leur famille, leur lieu de travail, leur ville. Je reste profondément marqué par le monde de l’entreprise et les défis lancés aux chrétiens qui cherchent à faire l’unité entre leurs convictions et les réalités de notre temps. L’amour de Dieu qui se reflète en nos soeurs et frères en situation de handicap mental me touche particulièrement. Ils m’apparaissent comme nos maîtres en humanité en rendant proche la figure du Christ. L’oecuménisme et le dialogue entre les différentes religions sont des grâces reçues du Concile Vatican II. Il reste beaucoup à faire et je ne doute pas que nous fassions une partie du chemin à Ville d’Avray.

Je suis attentif à l’adhésion de notre paroisse au projet « Eglise Verte ». Les urgences sont à notre porte, dans nos foyers, dans tous nos lieux de vie. Il ne s’agit pas d’appliquer une couche de vernis « écologie » sur nos comportements mais de vivre autrement notre rapport à la terre, à la nourriture, à la production, à la distribution, au partage des ressources locales. Dans son encyclique « Laudato si », le pape François nous appelle à vivre l’écologie intégrale jusque dans nos rapports humains en se nourrissant de la méditation de la Parole et des sacrements de l’eucharistie et de la réconciliation. C’est ce que j’ai envie de vivre avec vous, pour vous, durant ma mission à Saint- Nicolas Saint-Marc.

Je remercie le P. Bernard Klasen qui m’a présenté la paroisse jusque dans ses moindres détails et me laisse une situation claire, propice au déploiement de la mission dans une ambiance fraternelle.
J’aime l’art, ancien et moderne, l’architecture, la lecture, les voyages, le vélo et la cuisine.

« Une annonce renouvelée donne aux croyants, même à ceux qui sont tièdes ou qui ne pratiquent pas, une nouvelle joie dans la foi et une fécondité évangélisatrice » Laudato si N° 11.

Que le Seigneur nous comble de ses bénédictions et nous guide dans la connaissance de la vérité.
En communion, 
P. Marc Piallat

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article